Archive:


Terres promises

Milena Agus

Éditions Liana Levi

15 €

Un bonheur de lecture depuis l’île sarde de la romancière. Partir-revenir, c’est le lot des insulaires, la tête toujours pleine de rêves d’ailleurs. Mais pas la peine d’habiter une île pour être réceptif à ce très beau roman car nous sommes tous en quête d’une terre promise.

Avec son style en apparence simple, Milena Agus parvient à remuer en nous des interrogations existentielles sans en avoir l’air. C’est toute la force de son écriture.

Qu’est-ce que vous voulez ?

Roman Sentchine

Éditions Noir sur blanc

20 €

La Russie de Poutine vue par une ado lors de l’élection présidentielle de 2012. Depuis, rien n’à changé ! En faisant parler une jeune moscovite, le romancier, opposant déclaré au maître du Kremlin, donne à sa critique un ton décalé. Édifiant !

4321

Paul Auster

Éditions Actes Sud

28 €

Pour son grand retour, Paul Auster nous propose un roman aussi épais que remarquable. Quatre variations biographiques écrites d’une main de maître. L’auteur new-yorkais est à son sommet pour notre plus grand régal.

Le jeune Ferguson est le petit-fils d’un migrant arrivé à New-York au début du 20ème siècle. Les bifurcations que prend l’existence ne tiennent parfois qu’à un nom mal orthographié… Paul Auster explore quatre vies possibles du jeune Archie Ferguson chahuté par la tourmente de l’adolescence et traversant la décénie charnière des années 60 aux Etats-Unis. Le dispositif narratif est redoutable…

Une lecture incontournable !!

Les fantômes du vieux pays

Nathan Hill

Éditions Gallimard

25 €

Un premier roman réussit et donc prometteur pour la suite. Nathan Hill parvient à donner de l’amplitude à son histoire sans nous perdre dans les époques ni entre les personnages. Bien au contraire, les grandes utopies de la deuxième moitié du XXème siècle éclairent d’un tout autre jour le destin a priori ordinaire des protagonistes de ce récit ambitieux. Samuel détricote la vie de sa mère Faye qu’il n’a plus revu depuis ce petit matin où elle lui a dit au revoir avant de disparaître de son existence sans explication. Il la retrouve trente ans plus tard aux prises avec un procureur avide de vengeance.

Nathan Hill excelle dans les descriptions des états d’âme, dans l’humour et la justesse de son regard sur les évènements qui ont secoué l’Amérique de ces cinquante dernières années.

Remarquable et passionnant !!

La fonte des glaces

Joël Baqué

Éditions P.O.L.

17 €

 

Un iceberg dans la Rade de Toulon ?! Si si ! On suit avec grand plaisir le héros débordant d’imagination qui va retrouver un sens à sa vie grâce à une rencontre incongrue… Une fable hilarante qui égratigne au passage l’écologie spectacle.

Excellent moment de lecture !

Notre vie dans les forêts

Marie Darrieussecq

Éditions P.O.L.

16 €

 

L’auteure nous précipite dans le vide pour changer notre regard sur nous-mêmes. De cette chute vertigineuse nous nous relevons forcément différents. Une passionnante expérience littéraire.

Summer

Monica Sabolo

Éditions JC Lattès

19 €

 

Au bord du lac Léman tout n’est que quiétude et personne n’aurait l’idée saugrenue de faire vaciller le bel ordonnancement qui régit la vie de ses riverains helvètes. Chaque personnage s’efforce de coller à l’image que le voisin, l’ami, le parent attend de lui. Tous ? Lorsque Summer, la belle et (trop ?) lisse jeune fille disparaît, l’apparente transparence de ce monde se trouble. Le récit relaté vingt cinq ans plus tard par Benjamin (le frère cadet de Summer) attire inexorablement le lecteur vers les profondeurs poisseuses de l’âme humaine.

L’écriture juste et l’atmosphère inquiétante qu’imprime avec talent Monica Sabolo à son roman ne vous laissera pas le temps de reprendre votre respiration…

Les jours enfuis

Jay McInerney

Editions de l’Olivier

22.50 €

 

Autant le dire d’emblée : nous sommes heureux de nos retrouvailles avec les Calloway ! Il faut avouer qu’entre eux et nous c’est une longue et belle histoire qui nous lie. Nous avions fait la connaissance de Corinne et Russell en 1987… Nous avions alors « trente ans et des poussières ». Avec eux, nous prenions le pouls d’une ville, New York, et d’une génération dont l’ambition égale la force de son jeune âge. Nous nous étions retrouvés quelques années plus tard, juste après le chaos d’un matin de septembre 2001 (« La belle vie »). Dans ce nouvel opus, Corinne souffle les bougies de son demi-siècle. Nous sommes en 2008. Année charnière pour l’Amérique. La bataille pour l’investiture du parti démocrate bat son plein entre Hillary Clinton et un certain Barack Obama. Chacun des Calloway a son favori. Les banques implosent, les newyorkais tentent de donner le change. La maison d’édition de Russell est au bord de la faillite… Et puis Luke revient dans la vie de Corinne. Le couple Calloway va devoir faire face à tous ces courants contraires.

Jay McInerney à l’art de nous plonger dans l’intimité des personnages en même temps qu’il pointe tout en finesse les travers d’une société au bout du rouleau.  La nostalgie qui émane du titre n’efface pas totalement l’énergie vitale qui habite chacun des personnages. Avec un écrivain de cette trempe, la lecture se fait engouement. C’est à regret que l’on referme ce superbe roman, comme l’on quitte de vieux amis, avec un pincement au cœur.

La lumière parfaite

Marcello Fois

Éditions Le Seuil

23 €

 

Avec l’écrivain sarde Marcello Fois, nous sommes coutumiers de ses récits sombres où les femmes et les hommes sont écrasés par le poids de l’ascendance  et des traditions. Avec ce nouveau roman flamboyant, l’auteur élargit sa palette pour donner à ses personnages un maximum de nuances. Mais les secrets du passé eux, continuent dans l’ombre d’innerver leur existence.

Le livre s’ouvre au début du XXIème siècle à Rome. Maddalena rend visite à son fils unique, Luigi Ippolito qui s’apprête à embrasser la prêtrise. Elle a une révélation à lui faire : son père n’est pas son père biologique. Retour en arrière, au mitan des années 80, en plein cœur de la Sardaigne. Deux familles installées sur l’île depuis des temps immémoriaux, les Guiso et les Chironi, y vivent en bonne harmonie ; entendez qu’elles font en sorte que leurs affaires financières et spéculatives n’entrent pas en conflit. La jeune génération incarnée par Cristian et Domenico grandi dans cet esprit. Mieux, les deux garçons se vouent une profonde et sincère amitié. Mais lorsqu’apparaît la jeune Maddalena les cartes sont rebattues et les sentiments amoureux inconciliables vont troubler en profondeur le destin des deux familles.

Si la dramaturgie mise en place par Marcello Fois est classique, l’auteur, grand maître des rebondissements, nous entraîne dans un récit hautement romanesque pour notre plus grand plaisir.

 

Des hommes sans femmes

Haruki Murakami

Éditions Belfond

21 €

 

Ouvrir un livre de Haruki Murakami est toujours la promesse d’une lecture envoûtante. Qu’il s’agisse du roman fleuve « 1Q84 » ou du plus court « Au sud de la frontière, à l’ouest du soleil », la magie opère. Cette fois-ci Murakami nous ravit avec un recueil de nouvelles. L’auteur dit apprécier l’écriture d’un tel genre littéraire car il s’agit pour lui d’un excellent moment de détente. Un peu comme un footing de « décrassage » après un marathon dont il est adepte. « Des hommes sans femmes » rassemble sept histoires courtes ; sept variations sur la solitude masculine après le départ plus ou moins soudain d’une femme. Au-delà des références littéraires (Hemingway, Kafka) et musicales (les Beatles, le Jazz) l’auteur explore, à sa manière bien reconnaissable, la banalité du quotidien qui verse dans une atmosphère étrange. L’errance (à pied, en voiture), la mélancolie, la solitude sont autant de thèmes abordés avec brio par le maître des émotions. Murakami parvient en quelques mots à nous faire approcher au plus près du gouffre au fond duquel sont précipités ses personnages. La magie littéraire de cet immense écrivain réside dans la description de cet équilibre précaire dans lequel il met ses lecteurs.

Next page →