Archive:


L’Éblouissante lumière des deux étoiles rouges

Davide Morosinotto

Éditions L’École des loisirs

18€

Nadia et Viktor sont jumeaux et inséparables mais en 1941, Hitler envahit l’Union Soviétique. Leningrad, la ville où ils vivent est très exposée. Ordre est donné d’évacuer tous les enfants de la ville vers l’est pour les protéger. Pas de chance : les jumeaux ne sont pas dans le même train et se trouvent séparés. Ils n’auront de cesse de se retrouver, à travers le pays envahi, bravant tous les dangers.

Ce journal, alternativement écrit par l’un et l’autre, est annoté par le Commissaire du peuple qui doit décider si les enfants sont coupables ou pas d’avoir enfreint un grand nombre de lois.

Roman haletant, passionnant, extraordinaire : à lire absolument !

La Petite fille qui en savait trop

Peter May

Éditions du Rouergue

22.80 €

Un des premiers romans qu’a écrit Peter May et dont « l’actualité » (le cadre : Bruxelles, 1979, la jeune Communauté européenne) le convainc de le faire publier.

Neil Bannerman, journaliste d’investigation envoyé par l’Edinburgh Post, enquête contre la montre : un homme, le futur Premier ministre du Royaume-Uni est assassiné par un tueur professionnel, mais sa petite fille autiste a assisté au meurtre et le tueur reçoit l’ordre de l’abattre. Passionnant ! Peter May à ses débuts était déjà très doué !

 

La Cage dorée

Camilla Läckberg

Éditions Actes Sud

22.80 €

 

Peut-être a-t-on reproché à Camilla Läckberg son univers « couche culotte et biberon », elle a donc décidé de nous montrer que les scènes de sexe ne lui faisaient pas peur…

Jack a tout dans la vie, l’argent, le pouvoir, la gloire et Faye, qui l’aime au point d’avoir tout sacrifié pour lui. Mais il la quitte : la vengeance d’une femme flouée peut être impitoyable. Une tout autre Camilla Läckberg !

Il s’agit du premier volet d’un diptyque, on attend la suite !

Juste après la vague

Sandrine Collette

Éditions Denoël

19.90 €

Après un terrible raz-de-marée, la terre est en partie submergée. Ils se retrouvent dans leur maison sur la colline, peut-être les seuls survivants du terrible cataclysme : le père, la mère et leurs 8 enfants. Malheureusement l’eau continue de monter et la barque ne peut contenir la famille entière, il faudra en abandonner trois en leur promettant de revenir les chercher quand ils auront trouvé du secours. Pourquoi le père a-t-il choisi les trois plus faibles ? La mère en perd la raison… Dans un monde ni complètement différent du nôtre, ni complètement semblable, entre conte et robinsonnade, les petits Poucets, abandonnés par leurs parents, tout faibles qu’ils sont, triompheront des ogres !

Histoire terrible, passionnante et déconcertante : la griffe de Sandrine Collette !

Instantanés d’Ambre

Yôko Ogawa

Éditions Actes Sud

22.50 €

Après la mort de sa benjamine, une mère prise de folie, enferme ses trois autres enfants dans une demeure entourée de hauts murs. Elle les retire du monde de peur qu’ils ne soient aussi victimes de la mystérieuse bête qu’elle croit responsable de la mort de la petite fille. Les enfants survivent, se serrant les coudes, rêvant, créant… et prouvant que les enfants ont une exceptionnelle capacité d’adaptation ! Une histoire poignante, complexe, déstabilisante et poétique comme sait nous les concocter Yôko Ogawa. Du grand art !

Les Fantômes de Manhattan

R.J. Ellory

Éditions Sonatine

22 €

Annie O’Neill a 31 ans et tient une petite librairie à Manhattan, Elle se plaint d’une vie terne, hantée par l’absence de son père mort quand elle avait 7 ans. Un jour, un homme pousse la porte de sa librairie et lui propose d’étonnantes lectures qu’il lui apportera chaque lundi… Il semble si bienveillant qu’elle accepte de lire ce feuilleton qui retrace la saga d’une famille. Sa vie semble s’ouvrir vers un avenir meilleur, mais les apparences sont souvent trompeuses.

Roman complexe et captivant qui mérite d’être lu jusqu’au bout malgré des passages terribles…

Nid de vipères

Andrea Camilleri

Éditions Fleuve

19.90 €

Un thème difficile à traiter : l’inceste assumé ! Le commissaire Montalbano assure comme d’habitude. Étonnant contraste qu’Andrea Camilleri arrive à mettre en scène : la drôlerie habituelle du contexte et le sérieux du thème traité. On apprécie !

La fille dans les bois

Patricia MacDonald

Éditions Albin Michel

19.90 €

Blair revient dans la maison où elle a vécu une enfance malheureuse, orpheline elle y a été recueillie ainsi que sa sœur par un vieil oncle acariâtre. Elle a réussi sa vie professionnelle mais n’a jamais oublié que sa meilleure amie, Molly, a été assassinée… Tout cela, c’est du passé, cela fait 15 ans  pense-t-elle, mais Céleste, sa sœur, atteinte d’un cancer, lui avoue au seuil de la mort que l’homme emprisonné pour ce meurtre est innocent. La police ne veut rien entendre, la famille non plus mais Blair enquête…

Une histoire poignante et terrible !

Jardin de printemps

Shibasaki Tomoka

Éditions Picquier

7.50 €

Tarô vit dans cet immeuble qui bientôt sera démoli, c’est ainsi au Japon, on ne répare pas, on détruit et on rebattit… Il ne reste plus grand monde dedans, que deux femmes seules qu’il croise parfois. La maison voisine de style occidental, semble obséder l’une d’entre elle qui l’entraîne dans son rêve, pénétrer dans cette maison qui a jadis a été photographié par un couple célèbre… les saisons passent dans le jardin de cette mystérieuse demeure jusqu’au jour où l’occasion se présente d’y entrer…

Une histoire sur la pointe des pieds, tout en nuance et en vie rêvée comme on les aime.

Je te protégerai

Peter May

Éditions Le Rouergue

23 €

Niamh Macfarlane et son mari Ruairidh en séjour à Paris : il est distant, elle doute de lui, l’espionne, elle veut savoir, elle court après la voiture qui emporte son mari et une femme, Irina, sa maîtresse ? Elle veut savoir ! Soudain, sous ses yeux la voiture explose… et Peter May nous embarque, nous ne nous étonnons pas de nous retrouver, une fois de plus, dans l’archipel des Hébrides… Et pourtant, cette explosion à Paris sur la place de la République est si proche de nos préoccupations actuelles. Jusqu’à la dernière page le roman nous surprend, Peter May a l’art de se renouveler !

Next page →