Archive:


Les Voyages de Cosme K

Philippe Gerin

Éditions Gaïa

20 €

Voici le genre de roman que l’on guette sur les tables des librairies. Quand on le tient c’est un bonheur absolu tant la prise est rare et on le sait dès les premières lignes…

Cosme K, énigmatique nom du personnage principal, nous embarque dans ses voyages non moins secrets. Fuite éperdue ou quête de rachat ? On se laisse porter par l’écriture poétique et lumineuse de Philippe Gerin, par la beauté des paysages et le souffle des émotions. Les sentiments qui animent les protagonistes atteignent le lecteur en une succession de répliques telluriques.

Une excellente lecture jusqu’au point final.

Nous, les Déviants

C. J. Skuse

Éditions La Belle Colère

19€

Ils étaient cinq. Ella, Fallon, Zane, Corey et Max. Les « Cinq sans peur ». Jusqu’à ce que Jessica, la sœur de Max, meurt renversée par un bus.

Quatre ans plus tard, le groupe se reforme le temps d’un été, motivé par un désir de vengeance contre tous ceux qui ont gâché leur adolescence.

De fil en aiguille, l’engrenage s’enclenche, les secrets remontent à la surface et les masques tombent.

C’est une main de maître qui se cache derrière cette écriture, donnant l’impression au lecteur de partager des secrets, d’anticiper les révélations, pour finalement, au détour d’une phrase, avec seulement quelques mots, détruire le fragile édifice construit au fil de la lecture.

Une histoire bouleversante dont on porte le souvenir encore longtemps.

Cent millions d’années et un jour

Jean-Baptiste Andrea

Éditions de L’Iconoclaste

18 €

Les fantômes du jeune Stan viennent hanter les rêves de reconnaissance du paléontologue en quête de gloire qu’il est devenu.

Perdus sur un glacier, lui et ses compagnons entament une course contre l’arrivée de l’hiver à la recherche d’un squelette de dinosaure. Stan, malgré les folies qui le hantent, parviendra-t-il à faire la paix avec lui-même ?

Écrit sur un rythme haletant, la lecture du nouveau roman de Jean-Baptiste Andrea nous tient en haleine d’un bout à l’autre. Tels les spectateurs de la caverne de Platon, le lecteur assiste, médusé, au film de son enfance perdue.

Une belle réussite !

Des astres

Séverine Vidal

Éditions Sarbacane

16€

Pénélope vit sous l’emprise d’une mère manipulatrice, elle étouffe, suffoque et recherche désespérément l’amour que cette femme n’a jamais su lui donner.

Romane vit entourée de parents aimants et pourtant, il lui manque toujours quelque chose. Quelqu’un. Sa mère biologique.

D’une écriture sublime et tranchante, Séverine Vidal nous raconte l’histoire de ce lien qui lie une mère à son enfant, de cet amour ravageur qui nous amène parfois à la frontière de la folie.

Une bête au paradis

Cécile Coulon

Éditions de L’Iconoclaste

18€

Le Paradis, c’est une ferme isolée. Pour Blanche, c’est un havre de paix. Elle y a grandi, entourée des vaches, des poules et des cochons.

C’est là-bas, élevée par sa grand-mère aux côtés de son petit-frère, Gabriel, et du commis, Louis, qu’elle a surmonté la mort de ses parents.

C’est là-bas qu’elle s’est glissée dans les bras d’Alexandre, son amour de jeunesse, celui qui a ranimé son cœur alors que l’adolescence transformait son corps.

C’est là-bas que la folie a fait des ravages et que la vengeance a imprégné les terres d’une odeur de sang.

Une écriture qui vise le cœur pour un conte féminin, noir et magistral.

Une partie de badminton

Olivier Adam

Éditions Flammarion

21€

Avec Une partie de badminton, Olivier Adam nous emmène en Bretagne, non loin de Saint-Malo. Après l’échec de ses derniers romans, Paul s’installe en bord de mer avec sa compagne et ses enfants. De retour dans un cadre familier, il entend bien profiter du calme des lieux pour faire de cet échec un nouveau départ.

Le bruit des vagues, le parfum des embruns et les grains de sables imprègnent ces pages. On pourrait presque se prélasser les pieds dans l’eau, bercé par la douce écriture d’Olivier Adam. Presque. Car petit à petit, l’étau se resserre, les pièces du puzzle s’emboîtent, et le soleil disparaît derrière les nuages. Dans la lignée de La Tête sous l’eau et Des vents contraires, on succombe – encore une fois – au charme d’Olivier Adam.

L’Éblouissante lumière des deux étoiles rouges

Davide Morosinotto

Éditions L’École des loisirs

18€

Nadia et Viktor sont jumeaux et inséparables mais en 1941, Hitler envahit l’Union Soviétique. Leningrad, la ville où ils vivent est très exposée. Ordre est donné d’évacuer tous les enfants de la ville vers l’est pour les protéger. Pas de chance : les jumeaux ne sont pas dans le même train et se trouvent séparés. Ils n’auront de cesse de se retrouver, à travers le pays envahi, bravant tous les dangers.

Ce journal, alternativement écrit par l’un et l’autre, est annoté par le Commissaire du peuple qui doit décider si les enfants sont coupables ou pas d’avoir enfreint un grand nombre de lois.

Roman haletant, passionnant, extraordinaire : à lire absolument !

La Vie en chantier

Pete Fromm

Éditions Gallmeister

23.60€

Pete Fromm revient en force avec La vie en chantier, à paraître chez Gallmeister le 5 septembre. Une merveilleuse histoire qui fera fondre votre cœur.

Marnie et Taz filent le grand amour. Amoureux comme au premier jour, ils emménagent dans leur première maison et attendent leur premier enfant. L’avenir leur tend les bras et malgré les embûches, ils sont prêts à relever le défi ! Et vient le grand jour, celui qui aurait dû être le plus beau de toute leur vie. Mais Marnie meurt en couches et Taz se retrouve seul, avec un bébé sur les bras.

Comment accueillir un petit être quand on est rongé par le chagrin ? Comment s’occuper d’un bébé quand on peine à s’occuper de soi ? Comment donner de l’amour quand la seule chose qui nous habite, c’est le deuil ?

Après Mon désir le plus ardent, le nouveau roman de Pete Fromm nous entraîne au cœur des sentiments, mais jamais dans le pathos.

Une perle de tendresse.

Ça raconte Sarah

Pauline Delabroy-Allard

Éditions de minuit

15 €

« Ça raconte Sarah, sa beauté mystérieuse, son nez cassant de doux rapace, ses yeux comme des cailloux, verts, mais non, pas verts, ses yeux d’une couleur insolite, ses yeux de serpent aux paupières tombantes. »

Le cœur de celle qui raconte sa passion pour Sarah bascule dans un abîme. Un transport amoureux vertigineux, beau et vivifiant, mais aussi cruel et sans retour…

Superbe !!

La Goûteuse d’Hitler

Rosella Posorino

Éditions Albin Michel

22 €

« 1943. Reclus dans son quartier général en Prusse orientale, terrorisé à l’idée que l’on attente à sa vie, Hitler a fait recruter des goûteuses. Parmi elles, Rosa. Quand les S.S. lui ordonnent de porter une cuillerée à sa bouche, Rosa s’exécute, la peur au ventre : chaque bouchée est peut-être la dernière. »

Tiré d’une histoire vraie, ce roman très justement primé de l’autre côté des Alpes nous tient en haleine jusqu’à la dernière page.

Next page →