La nature exposée

Erri De Luca

Ed Gallimard

16.50 €

Le nouveau roman d’Erri De Luca raconte l’histoire d’un homme (sans nom tout comme les autres protagonistes) qui possède plus d’un point commun avec l’auteur transalpin. Le narrateur pratique l’alpinisme, aime la solitude des cimes et les sentiers escarpés qui se jouent des frontières humaines. Un jour, arrivent au village des hommes et des femmes fuyant les horreurs d’une terre exsangue pour une destination incertaine mais pleine de promesses, plus au nord. Certains villageois, dont le narrateur, proposent leur service moyennant rétribution financière pour les faire passer de l’autre côté du col. A la différence du boulanger et de l’aubergiste, il rend l’argent une fois le passage franchit. Mais son existence va basculer le jour où l’un de ces voyageurs raconte dans un livre son épopée clandestine et la beauté du geste du généreux passeur. La médiatisation qui s’en suit détourne les migrants de ce passage désormais surveillé par les autorités. Privés de cette manne, les villageois ostracisent le narrateur contraint à l’exil. Restaurateur de statues, il propose ses services au hasard de son voyage vers la côte jusqu’à sa rencontre avec un prêtre qui lui fait une proposition insolite : « Réparer » un crucifix grandeur nature. La réparation consiste à restituer l’œuvre originale, à savoir ôter le drapé qui recouvre les hanches du supplicié qui avait été rajouté pour cacher sa nature (entendez le sexe du Christ). Après de minutieuses recherches iconographiques et de surprenantes découvertes, le narrateur se rend à Naples. Ville nourricière, ville sacrée qui prend sa force non pas dans la beauté en surface mais des profondeurs telluriques. La pierre et le touché là encore, car c’est par le contact physique que le sculpteur éprouve une pleine empathie avec le corps du crucifié et ainsi va pouvoir mener à bien son travail, à moins que…

Erri De Luca excelle ici dans la confection de phrases qui durent le temps du souffle qu’il faut pour les dire. Ce beau roman aussi court que dense nous questionne sur notre capacité à faire preuve de compassion et de solidarité.


Genre: littérature