Babylone

Yasmina Reza

Edition Flammarion

20 €

 

Parmi les beaux prix littéraires de cet automne je vous conseille de lire le Renaudot : Babylone de Yasmina Reza.

A partir d’un fait divers tristement banal, l’auteure déroule en flash-back les petits riens de l’existence (administrer un antibiotique au chat, acheter des verres à vin, assister à un spectacle de chant amateur, ou un dîner entre voisins…). Mis bout à bout, ils font une vie, et ça, ce n’est pas rien. C’est du reste sur un détail (un trait d’humour apparemment anodin) que le drame se noue, que le cours tranquille des choses bascule vers la catastrophe.

Bien qu’ayant une vie sociale « normale », les personnages de Yasmina Reza sont profondément seuls. Le rapprochement entre Elysabeth et Jean-Lino n’obéit qu’à une seule nécessité : surmonter l’isolement dans lequel la vie les a enfermés. Ils se confient, s’entraident, tissent des liens et non du lien, ce singulier incongru. Sans arrières pensées amoureuses ?, s’interroge l’avocat commis d’office lors de la garde à vue d’Elysabeth ; oui, simplement par amitié, une amitié bienveillante. Elysabeth est fascinée par les photographies de Robert Frank, particulièrement par son travail sur les Américains. Elle décrit les passants saisis par l’objectif, leur apparente vacuité derrière laquelle elle perçoit la volonté irrésistible qui les fait tenir.

Le style précis et sans scories de Yasmina Reza donne à son roman la couleur d’une comédie acerbe et sarcastique. Elle pointe l’ignominie d’une société  qui exclue, les afféteries langagières, et les postures en tout genre. Un roman brillant et juste, à lire et à partager.


Genre: Roman